Revaloriser les salaires pour rémunérer nos qualifications

Dans l’ensemble, le niveau de qualification, de diplôme est en progression, même si on constate encore que de nombreux jeunes quittent le système scolaire sans aucune qualification et qu’une partie des salariés souffre encore de situation d’illettrisme.

 

Mais, cette amélioration générale du niveau de qualification de la main d’œuvre ne se traduit pas par une hausse des salaires. Ainsi, les écarts de rémunération entre les CAP-BEP et les bacheliers se sont largement resserrés ces dernières années, ce qui traduit une dévalorisation salariale du niveau Bac et non une progression des niveaux CAP-BEP.

 

Les jeunes diplômés connaissent un véritable déclassement, tandis que dans leur ensemble, les cadres et les techniciens subissent un tassement des grilles de salaires. De plus en plus de salariés qualifiés sont rémunérés au niveau du Smic, alors que le salaire minimum est en principe réservé aux personnes sans qualification. Pourtant, 90 % des salariés considèrent qu’avoir les moyens de bien travailler est efficace pour améliorer la situation économique des entreprises.

 

LA CGT PROPOSE

 

Il est donc urgent de reconnaître la qualification des salariés et de la rémunérer. Pour la CGT, le Smic porté à 1 700 euros bruts et un salaire minimal à l’embauche doit servir de point de départ pour la construction des grilles de salaire.

 

L’individualisation de la rémunération, l’introduction de plus en plus massive des augmentations au mérite ne garantissent aucune véritable progression de la rémunération. Tous les salariés, y compris les cadres et techniciens, doivent bénéficier d’augmentations générales au moins équivalentes à l’évolution du coût de la vie.

Les Flux RSS sont chargés...

     MISE A JOUR 2019

Le 08/10/2018 20H42