2015, revendications de la CGT

 

Dans le cadre des négociations 2015, la délégation  CGT a présenté les revendication suivantes,  

 

 

 

 

Salaires

a) Notre syndicat propose qu'à compter d'une année d'ancienneté, aucun salaire brut mensuel ne soit inférieur dans l'U.E.S à 1550 euros avec un minimum de 3% d'augmentation (effet rétroactif au 1er janvier 2015) .

 

b) Une augmentation de 3% pour les salaires de 1550 euros à 1750 euros (effet rétroactif au 1er janvier 2015)

 

c) Une augmentation de 2,5% pour les salaires de 1751 à 1900 euros (effet rétroactif au 1er janvier 2015)

 

d) Une augmentation de 2% au-delà de 1900 euros (effet rétroactif au 1er janvier 2015).

 

(Notre ojectif à terme pour les bas salaires, porter le salaire d'embauche minimum à 1700 euros mensuels.)

   

Assistante sociale                                              

La création d'un poste d'assistante sociale au sein de l'U.E.S (ou groupe), pour accompagner les salariés en difficultés, touchées par des arrêts de travail "longue durée" et en détresse financière. Aider ces personnels dans l'accomplissement des démarches administratives: faire le lien entre ces salariés et les services administratifs de l'entreprise, la sécurité sociale, l'AG2R, les services d'état ou de région et les institutions représentatives telles que le C.H.S.C.T ou Comité d'entreprise. 

 

Mutuelle  

Augmenter la part de l'employeur dans le coût mensuel de notre couverture santé. La pénibilité de nos métiers et la course à la rentabilité orchestrée par les managers nuisent et mettent en danger quotidiennement la santé des salariés de l'entreprise. Cela justifie amplement que cette dernière supporte une part plus importante du coût de la couverture sociale complémentaire.

 

Ancienneté et expérience

Prolonger la grille d'ancienneté conventionnelle en passant à 6 % la prime d'ancienneté à compter de 15 années de présence dans l'entreprise et à 7% à compter de 20 années.

 

Permis de conduire

Comme convenu dans l'accord des N.A.O. 2012, la direction s'est engagée à ouvrir des négociations pour définir les modalités de récupération des points du permis perdus par les salariés, qui utilisent un véhicule dans le cadre de leur travail. A n'en pas douter, les pressions exercées par l'entreprise pour se rendre le plus rapidement possible sur le lieu de travail provoquent de nombreuses pertes de points du permis.

 

Il est entendu qu'il n'est pas question pour la CGT d'encourager les conduites dangereuses et répréhensibles mais simplement d'inciter l'entreprise à prendre sa part de responsabilité et permettre à de nombreux salariés en difficulté avec leur permis de sortir de l'ombre. Par exemple, l'entreprise pourrait prendre à sa charge le coût du stage de récupération de points perdus par le salarié, en contrepartie, celui-ci s'engagerait à effectuer ce stage pendant ses congés. 

 

Prise en charge par l'entreprise de la journée de solidarité.

Selon l’adage, « tout travail mérite salaire ». Pour la CGT, « il n’est pas possible d’accepter que les salariés soient contraints à une journée de travail gratuit, quelle qu’en soit la date (le lundi de Pentecôte ou un autre jour), ou la forme (suppression d’un jour férié, diminution des journées de RTT, augmentation de la durée du travail hebdomadaire...) ».  Cette loi constitue un déni du principe d’égalité des citoyens devant la loi, les salariés étant les seuls à devoir travailler sans être rémunérés.

 

Le fait pour l’Etat français de prévoir une journée de travail non rémunéré est contraire au « droit au salaire », prévu par plusieurs textes de droit international (ratifiés par la France).

 

Métiers et classifications

Mise en place d'un calendrier 2015/2016 pour engager des négociations sur la grille des métiers de l'entreprise. Il faut favoriser une gestion anticipative et préventive, détecter et résoudre en amont des questions liées à l’évolution des métiers, des emplois, de la formation, des classifications et des  acquis (voir les accords de 2009 et 2012), et y inclure un contrat de génération. 

 

Tickets "restaurant"

Egalité du montant des tickets "restaurant" et des "paniers" entre PXT et PXS et filiales qui seraient portés à 9 euros.

 

Participation

Mise en place d'un accord de participation avec pour périmètre l'U.E.S. (ou le groupe) Proxiserve en lieu et place de l'intéressement et des primes de reconnaissance.

 

Les résultats de l'intéressement et les primes de reconnaissance ne reflètent en rien le travail que les salariés réalisent dans les agences ou DR. Cette année encore, des centaines de salariés seront lésés par ces primes injustes et aléatoires.

 

Primes de reconnaissance

Intégration des primes dites "de reconnaissance"

Si la direction de Proxiserve souhaite faire un distinguo entre les rémunérations des salariés d'un même métier, c'est par le salaire mensuel et non par des primes aléatoires dites de " reconnaissance "que cela doit être fait.

 

En attendant que s'engagent de véritables négociations pour faire de la grille de classifications un outil performant qui reflète les qualifications, les diplômes, l'expérience et qui permette d'apprécier le niveau d'un juste salaire, nous pensons qu'il est préférable d'octroyer un budget aux chefs d'agences pour leur permettre de rééquilibrer les salaires en fonction des acquis des uns et des autres.

 

 

Le collectif CGT

   Facebook

Les Flux RSS sont chargés...

LE 14/08/2018  10H00