La mutuelle et le régime de prévoyance chez Proxiserve; une petite révolution à venir  !

 

Publié le 20/03/2017

La délégation CGT qui a participé aux réunions sur la mutuelle qui se sont tenues avec la direction, les 10 janvier et 28 février 2017, a constaté une forte amélioration des résultats en 3 ans, amélioration due notamment aux évolutions de garanties de 2014 et aux évolutions de cotisations que nous avions négociés.

 

A contrario,  le régime de prévoyance, qui assure notamment la prise charge du complément de salaire en cas d'arrêt de travail, est déséquilibré, à cause pour l'essentiel, de l'augmentation des arrêts de travail au niveau national. Ce n'est pas une surprise pour la CGT, qui dénonce depuis 4 ans des conditions de travail difficiles , voire dangereuses dans certains métiers.

 

Aujourd'hui, la législation impose  aux régimes  Frais de Santé la  mise en  conformité  selon  le décret du 18 novembre  2014,  décret dit des « contrats responsables» .  

 

Depuis le 1er avril 2015, cette législation exige des planchers et plafonds de remboursements, pour certains actes (honoraires médicaux en ville et en cas d'hospitalisation, dépenses d'optique).

 

Sans l'application de ces conditions, il semble que le contrat d'assurance ne puisse conserver une taxe réduite à 13,27 % au lieu de 20,27 %  et ne pourrait pas, selon la direction, continuer à bénéficier des exonérations sociales et fiscales.

 

Ainsi, la direction de l'entreprise, pour continuer à bénéficier de la taxe réduite et éviter un redressement URSSAF, propose de revoir le régime actuel et de remettre en cause notamment, le principe des 3 options qui existent aujourd'hui. 

 

Les conséquences pourraient être, si nous n'y prenons pas garde, une augmentation importante du coût de la mutuelle, supportée uniquement par les salariés, ou une réduction des remboursements des soins, voir une suppression de certaines prestations.

 

La délégation CGT, comme par le passé, sera très attentive sur trois points :

  • que la solidarité entre les salariés soit maintenue, quelque soit l'âge, la composition familiale ou la catégorie professionnelle,
  • que les salariés bénéficient d'un bon niveau de protection,
  • que l'effort financier soit supporté pour l'essentiel par l'entreprise, responsable en partie de l'état de santé de ses salariés.

 

Prochaine rencontre entre les partenaires sociaux, le 29 mars 2017.

   Facebook

Les Flux RSS sont chargés...

LE 26/02/2018  19H00