Proxiserve, honte sur nos couleurs ! 

Licencier une secrétaire pour faire plaisir au client 

et fouler aux pieds la liberté d'expréssion, une forme de lâcheté pour les dirigeants de Proxiserve ! 

 

Notre Directeur Général, Mme Mélou, fait de nouveau sa colère, drapée du blanc manteau de l'indignation, et en appelle à tous les chefs d'agence de France et de Navarre, qui sont priés d'afficher séance tenante sa lettre ouverte au personnel.  

 

Que s'est-il passé qui mérite d'accaparer ainsi tous les responsables de France ?  un acte odieux ?  un accident mortel ?  un salarié blessé gravement ?  une agence saccagée ?  un technicien séquestré ? une augmentation des accidents de travail ?  des personnels insultés par des clients ?   

 

Hé bien non !  Les faits graves qui portent atteinte quotidiennement à l'intégrité des salarié(e)s de l'entreprise ne l'intéressent pas. Tant que l'agence rapporte de l'argent, on ne bouge pas.

 

En fait, ce qui déclenche la colère de la "patronne" de l'exécutif de Proxiserve, c'est une pétition de l'intersyndical CGT/FO/SUD qui dénonce le licenciement injuste, pour faire plaisir au client, de Cécile, secrétaire de l'agence de Tours. C'est pourtant la mission première des syndicalistes !

 

C'est systématique ! qu'un article syndical dénonce des pratiques managériales sur notre site ?  Nos dirigeants s'offusquent , nous menacent des tribunaux et pratiquent le chantage à l'emploi !

 

Que le comité d'entreprise fasse preuve d'indépendance dans la rédaction de la lettre du catalogue de vacances ?  De suite, la direction stigmatise les élus du CE dans deux notes affichées en agences et menace de suspendre l'envoi du catalogue.

 

Que les résultats d'une élection et une décision du tribunal ne plaisent pas à la "patronne", qu'à cela ne tienne, elle ferme le comité d'entreprise et veut refaire les élections.

 

Que des délégués du personnel dénoncent pendant des mois les conditions de travail difficiles, voire intenables pour le personnel d'une agence en sous-effectif ?  la direction s'en fout royalement.....

 

Mais que le client nous présente la note et menace de dénoncer le contrat ?  là, c'est une autre paire de manches !   Les compteurs s'affolent et notre "patronne" claironne haut et fort que c'est un scandale, qu'elle ne savait pas, qu'elle ne comprend pas et que les syndicats ont certainement des responsabilités dans l'affaire, bla , bla, bla... C'est pathétique !

 

En réalité, chaque jour, dans notre entreprise, comme Cécile,des secrétaires en larmes supportent les insultes et injures des clients et une charge de travail impossible à tenir sous la pression de leur responsable. 

 

Chaque jour, des techniciens s'usent à porter de lourdes charges ou risquent leur peau en travaillant en hauteur sans sécurité et finiront handicapés et inaptes au métier à 50 ans,

 

Chaque jour, des techniciens manipulent le gaz sans qualifications ou sans outils adéquats et risquent leur vie et celle de nos clients,

 

Chaque jour, 2600 salariés conduisent un véhicule de plus en plus vite pour satisfaire à l'augmentation de la charge de travail et risquent ainsi leur vie et celle des autres usagers,

 

Chaque jour, des avertissements et licenciements injustes s'abattent sur des salariés, 

 

Chaque mois, des centaines de salariés n'ont pas les moyens financiers de boucler leur fin de mois,

 

Et quotidiennement, des délégués du personnel et délégués syndicaux CGT subissent des brimades parce qu'ils font honneur à leurs mandats en représentant les salariés.

 

N'en déplaise à nos dirigeants, il ne fait pas bon travailler dans certaines agences de l'entreprise et la CGT ne laissera pas faire sans réagir et continuera à dénoncer ces situations et fera tout pour y mettre un terme.

 

Un contrat ne justifiera jamais à nos yeux qu'un(e) salarié(e) se fasse insulté(e), injurié(e) , y laisse sa santé ou pire, sa vie.

   

Mr Stéphane Caine, la liberté d'expression n'est pas une mode 

Rappelons quelques fondamentaux à notre P.D.G.... La liberté d'expression syndicale et les missions des représentants du personnel sont des droits constitutionnels dans notre pays.  Et les pressions exercées sur les représentants du personnel, la disparition de toute forme de dialogue, et le recours au chantage à l'emploi qui est une méthode misérable, n'y changeront rien.

 

Rappelons aussi que la liberté d'expression n'est pas une mode dans laquelle l'on se drape lorsque le pays traverse des moments tragiques. C'est une belle idée, ancrée dans l'A.D.N de notre pays et pour laquelle il faut se battre chaque jour......et l'avidité de quelques-uns n'y changera rien.  

 

Lorsque les dirigeants d'un pays pratiquent de la sorte et cherchent à contrôler l'information par tous les moyens, ça finit toujours mal !  Il en va de même pour une entreprise.

 

Le collectif CGT

 

Pour signer la pétition en ligne contre le licenciement de Cécile, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

https://www.change.org

Tract de l'intersyndicale Non au licence[...]
Document Adobe Acrobat [310.5 KB]

   Facebook

Les Flux RSS sont chargés...

LE 26/02/2018  19H00