Travail le samedi, des pertes financières

et des contraintes familiales pour le salarié !

Lors de la réunion du comité d'entreprise d'octobre 2014, la direction remettait en séance un projet de mesures commerciales et de réorganisation du temps de travail pour les salariés qui gèrent la clientèle individuelle. Bien que nous nous félicitons de voir la direction générale se préoccuper enfin des difficultés rencontrées par les sociétés ou services qui traitent de l'individuel, nous sommes sceptiques sur certaines des mesures de redressement qui sont avancées.

 

Au delà des mesures commerciales présentées ainsi que l'évidence soulignée par l'intérêt de faire les visites d'entretien des chaudières en basse saison, c'est bien les mesures qui touchent au temps de travail et à la rémunération des personnels qui nous intéressent ici.

 

Force est de constater que la direction avance masquée dans cette affaire. Sous prétexte de mauvais résultats financiers des exploitations de l'individuel, nos dirigeants tentent d'imposer dans tout le groupe Proxiserve le travail en heures non majorées le samedi.  

 

Les véritables objectifs sont tout simplement de faire des économies sur le dos des salariés et non de rechercher des solutions de développement pérennes.

 

Attention, ce n'est qu'un projet

Contrairement au message délivré dans certaines agences par les représentants des directions régionales, il s'agit pour le moment d'un projet. Nous mettons en garde tous les responsables régionaux qui seraient tentés de faire du zèle en appliquant prématurément ce projet sans se préoccuper des dispositions légales.

 

 

Que propose la direction dans ce projet ? :

 

Afin d'honorer les contrats et conquérir de nouveaux clients, nous devons être en mesure, progressivement, de les servir le samedi.  Pour cette raison, nous allons mettre en place, sur la base du volontariat, des semaines décalées au sein des agences tenues par 1 ou 2 techniciens par agence :

 

• soit du mardi au samedi,

• soit du lundi au samedi avec un jour libre, par exemple le mercredi.

 

Par ailleurs, nous recommandons aussi de proposer le travail du samedi lors d'une nouvelle embauche, dans la mesure où le nouvel embauché est suffisamment expérimenté et autonome.

 

 

Il est évident que ce projet, s'il est appliqué en l'état, aura des conséquences financières et familiales néfastes pour les salariés. 

La direction de l'entreprise sait pertinemment que bon nombre de salariés travaillent déjà le samedi à travers des accords ou les heures supplémentaires. 

 

Alors pourquoi cette ouverture en heures dites "normales" le samedi  ?

 

 

1er objectif, réduire les heures supplémentaires

Ce projet, s'il est appliqué, impactera en premier lieu les heures supplémentaires. Tous les personnels qui travaillent aujourd'hui en heures supplémentaires le samedi sous couvert d'un accord national ou à la demande des responsables locaux n'auront plus cette possibilité d'arrondir les fins de mois.

Second objectif, supprimer les astreintes weekend et journées de repos

La mise en place d'équipes techniques le samedi en heures dites "normales" impactera directement les astreintes. Si l'entreprise est ouverte le samedi, inutile d'avoir une équipe en "astreinte weekend" dans le secteur juste pour le dimanche. Au passage, l'entreprise récupère la journée de repos en semaine, précédant l'astreinte. 

 

Le volontariat... obligatoire !  

Le volontariat n'existe pas en entreprise. Le salarié sollicité sera obligé d'accepter s'il ne veut pas que ses fameuses primes de "reconnaissance" diminuent, ou pire, menacé d'être remplacé par un nouvel embauché qui lui n'aura pas le choix.

 

D'autre part, il est facile d'imaginer les difficultés rencontrées par les responsables d'agence pour planifier les temps de présence de leurs équipes en tenant compte des jours de travail des uns et des autres, astreintes semaine, jours de repos, absences diverses, etc..  et ce, sur fond de renouvellement des effectifs.

 

Ainsi, tous les techniciens de l'agence pourront être sollicités pour faire face à une absence.

 

Arrêtez de culpabiliser les salariés !

Avant tout débat sérieux, nous exigeons des responsables régionaux qu'ils arrêtent de surfer sur le sentiment de culpabilité ou d'utiliser le chantage à l'emploi auprès des salariés  << si tu refuses, tu vas perdre ta prime, on va perdre le contrat, tu vas perdre ton travail ,on va fermer l'agence ! >>.

Quand une agence ferme, c'est dans la majorité des cas du à un manque d'investissements commerciaux ou managériaux et non la faute des salariés de l'agence. 

                                                                                                                          Nous voulons négocier  !                                                                              

Nous n'acceptons pas d'être mis devant le fait accompli et demandons à la direction générale l'ouverture de négociations afin de mettre à plat toutes les contraintes que suppose cette nouvelle organisation et déterminer ensemble les mesures appropriées à la relance de l'activité dédiée à la clientèle "individuelle"..... en tenant compte aussi des intérêts des salariés.

 

Le collectif CGT

 

 

 

Tract à télécharger

Samedi, non sans contreparties.pdf
Document Adobe Acrobat [221.4 KB]

   Facebook

Les Flux RSS sont chargés...

LE 14/08/2018  10H00